Les différents types de pertes auditives et leurs conséquences (sur la vie quotidienne)

Il existe deux types de perte auditive : une perte dite de transmission et une perte dite de perception.

La perte auditive de transmission apparaît quand le signal sonore est plus ou moins bloqué. Cela peut se produire soit au niveau de l’oreille externe, par la présence d’un bouchon de cérumen, soit au niveau de l’oreille moyenne, par un déchirement ou une calcification du tympan ou par une rupture ou un blocage de la chaîne ossiculaire.  Généralement, le son paraît simplement moins fort.

La perte auditive de perception, quant à elle, intervient au niveau de l’oreille interne.
Elle se traduit par une perte de cellules ciliées ou de neurones auditifs qui jouent un rôle majeur dans la transformation du signal sonore en signal électrique interprétable par le cerveau et sa transmission. Si le signal électrique est dégradé, le cerveau aura plus de difficultés à interpréter les informations qui lui sont transmises. Le son paraît moins fort et peut être déformé, ce qui entraîne des confusions phonémiques. De plus, les personnes présentant une surdité de perception sont, paradoxalement, souvent plus sensibles aux sons forts qu’une personne normoentendante. De nombreuses causes peuvent être à l’origine de ce type de surdité : un traumatisme sonore ou crânien, une maladie comme par exemple la méningite, ou plus généralement le vieillissement naturel de l’oreille interne. C’est cette dernière que l’on appelle presbyacousie et qui touche en premier lieu les fréquences aiguës, importantes lors de discussions dans des environnements bruyants.